Accueil > Le Blog de DNA Solutions > En quoi consiste le Test Complet de Filiation ? (II)
En quoi consiste le Test Complet de Filiation ?

En quoi consiste le Test Complet de Filiation ?

(Part 2 de 2) 23 janvier 2019

Nous vous avons déjà raconté quelques choses par rapport au test complet de filiation dans notre billet antérieur. Nous continuons ici avez d’autres détails.

Trois choses principales doivent être prises en compte lorsque nous faisons un test complet de filiation.

Premièrement, si le résultat de l'analyse montre que les deux personnes analysées sont des demi-frères/sœurs, seul ce test ne permet pas de savoir si le parent qu'ils partagent est la mère ou le père (une autre analyse ultérieure pourrait le déterminer pourtant). Bien sûr, ce n'est pas un problème si les personnes analysées savent, avant d’effectuer l’analyse, qu'elles sont frères ou sœurs du côté maternel, par exemple, mais cela n'est pas toujours le cas.

Deuxièmement, il est très important d’être sûrs que le lien de parenté que nous étudions est le seul lien de parenté qui peut exister entre les personnes analysées. Regardons notre arbre et imaginons que D est la mère. G et H pourraient envisager de faire un test pour savoir s'ils ont le même père, mais que se passerait-il si leurs pères respectifs étaient deux frères ? Dans ce cas, nous ne pourrions pas faire ce test pour savoir si G et H sont des frères/sœurs ou des demi-frères/sœurs, car le fait est que, s’ils n’ont pas le même père, ils ne seraient pas de demi-frères/sœurs : ils seraient demi-frères/sœurs par le côté maternel et cousins ​​par le côté paternel. Cela signifie que la quantité d’ADN que G et H partageraient par voie paternelle serait supérieure à celle de deux personnes non apparentées par leurs pères. Cette situation affecte donc l’étude statistique utilisée pour obtenir le résultat.

En quoi consiste le Test Complet de Filiation ?

La troisième chose à considérer est la possibilité d’obtenir un résultat non concluant, c’est-à-dire un résultat qui ne puisse pas confirmer le lien de parenté entre les personnes analysées.

Si nous revenons à notre exemple (deux personnes qui veulent savoir s’ils sont frères/sœurs ou demi-frères/sœurs), nous savons déjà que la quantité d’ADN que partagent deux frères n’est pas toujours la même. De plus, il est possible que deux frères/sœurs aient peu d'ADN en commun, alors que deux demi-frères/sœurs peuvent avoir beaucoup d'ADN en commun. Malheureusement, il existe une « marge d'erreur », une « zone grise » entre ces deux cas où les statistiques ne permettent pas de déterminer avec suffisamment de précision quelle est le lien de parenté, c'est-à-dire qu'il est impossible de savoir si les personnes analysées sont des frères/sœurs qui partagent très peu d'ADN ou des demi-frères/sœurs qui partagent beaucoup d'ADN.

Bien que le résultat non concluant soit rare dans les études entre frères et/ou sœurs, la probabilité qu'il en apparaisse est plus élevée lorsque nous traitons avec des liens de filiation plus lointains sur le plan génétique.

Des grands-parents aux enfants et aux petits-enfants.

Regardons encore la troisième génération. C a eu deux enfants avec le même partenaire : E et F sont donc frères/sœurs par les côtés paternel et maternel. D'autre part, D a également eu deux enfants, mais avec des partenaires différents : G et H sont demi-frères/sœurs.

Puisque l’ADN de chaque parent (C, D et leurs partenaires) est mélangé lors de la formation des gamètes (c’est-à-dire le sperme ou l’ovule qui donnera naissance à un bébé), E, F, G et H n’ont pas forcement reçu la moitié de l'ADN de chaque grand-père. Dans la famille de notre arbre, bien que C possède 50 % de l'ADN de A et 50 % de B, et que E ait également hérité 50 % de l'ADN de C, ce 50 % d'ADN de E qui provient de C n’est pas composé moitié-moitié par l’ADN de A et de B. Comme il ressort de l'image, E a plus de 25 % d'ADN de A et moins de 25 % de B.

En quoi consiste le Test Complet de Filiation ?

Le fait que deux personnes appartenant à des différentes branches de la famille partagent les mêmes grands-parents signifie que la paternité ou la maternité peut également être vérifiée indirectement par le biais d'une analyse avec le grand-père ou la grand-mère, les oncles ou les tantes, voire même les cousins. Cependant, nous devons garder à l'esprit que plus la relation est éloignée, plus il est difficile d'obtenir un résultat concluant et fiable. En effet, la quantité d’ADN partagé diminue avec chaque génération.

Prenons un exemple. Si nous analysions l’ADN des cousins​​ (c’est-à-dire E, F, G et H), nous pourrions peut-être obtenir un résultat confirmant que F est le cousin de G et H, et que E est le cousin de H, mais pas de G, lorsque nous voyons que ce n'est pas vrai. Cependant, ce résultat pourrait être statistiquement valable, car E pourrait avoir de nombreuses régions bleues et rouges en commun avec H et très peu avec G. En fait, d’un point de vue statistique, la quantité d’ADN partagée entre E et G pourrait être très semblable à l’ADN partagé par deux personnes qui n'ont pas de lien de parenté proche. Ainsi, le résultat de ce test entre F et G serait non concluant ou même négatif.

En conséquence, il est vrai que le test complet de filiation est une procédure très utile, mais aussi complexe ; nous vous encourageons donc à nous contacter si vous n’êtes pas sûr que cette analyse soit parfaitement adaptée à votre cas. N'oubliez pas que nous offrons d'autres options pour vérifier un lien de parenté !