Accueil > Le Blog de DNA Solutions > L'échantillon de la mère et le test de paternité par ADN

L'échantillon de la mère et le test de paternité par ADN

Est-il nécessaire d'envoyer l'échantillon maternel pour le test de paternité ? 10 décembre 2019

Il s’agit d’une consultation assez courante parmi nos clients et il est nécessaire de préciser que l’échantillon de la mère biologique n’est généralement pas essentiel pour le test de paternité. Cela signifie que, dans des circonstances normales, le test ADN peut être effectué et qu'un résultat concluant et précis peut être obtenu seulement avec les échantillons du présumé père et du fils ou de la fille.

Cependant, l'échantillon de la mère biologique a son importance dans certains cas que nous verrons ci-dessous.

Le test ADN de paternité sans la mère

Dans un précédent article, nous expliquions comment le résultat d'un test de paternité est déduit. Rappelez-vous que cela est fait en comparant les profils ADN du père présumé et de l'enfant pour voir s'ils coïncident ou non.

Comme nous le voyons dans cet exemple, les profils génétiques sont représentés avec deux valeurs numériques pour chaque région de l’ADN analysée :

 
 PèreEnfantRésultat
vWA16191618CONCORDANCE
TH0169,389NON CONCORDANCE
 

Après avoir comparé toutes les régions analysées, s'il y en a plus de deux qui ne correspondent pas, le résultat du test de paternité sera négatif ou un résultat d'exclusion.

Alors, comment l'échantillon de la mère biologique affecte-t-il le test de paternité ?

Le test ADN de paternité avec l’échantillon de la mère biologique

Pour un test de paternité avec l'échantillon de la mère, les profils ADN du père présumé, de la mère biologique et du fils ou de la fille sont également obtenus, puis comparés.

Lorsque nous disposons de la mère biologique, son profil génétique est utilisé comme référence pour « éliminer » du profil de l'enfant les valeurs héritées d'elle. Ainsi, nous pouvons à l'avance quelles sont les valeurs qui viennent du père.

Prenons le même enfant de l'exemple précédent et voyons également les valeurs de l'ADN maternel :

 
 MèreEnfant
vWA16201618
 

Ici, nous observons que le fils a hérité de la valeur 16 de sa mère biologique ; par conséquent, sans doute, la valeur 18 vient de son père biologique. Si le père présumé analysé présente la valeur 18, nous aurons une concordance entre père et fils :

 
 PèreMèreEnfant
vWA151816201618
 

Au contraire, si le père analysé n'a pas la valeur 18, le résultat sera une non-concordance :

 
 PèreMèreEnfant
vWA151916201618
 

Et c’est pareil pour chaque région d’ADN analysée.

Et alors, quelle est la différence si l’on envoie l’échantillon de la mère pour le test de paternité ?

Les exemples précédents représentent les cas le plus clairs dans une analyse avec père, mère et enfant, mais examinons une hypothèse un peu plus compliquée :

 
 PèreMèreEnfant
vWA161916201618
 

Voilà ! Maintenant, tous les trois ont la valeur 16. Donc, quel est le résultat ?

Eh bien, si nous n'avions pas l'échantillon de la mère, le résultat entre père et fils serait positif, puisque les deux ont la valeur 16. Cependant, avec l'ADN maternel nous savons que l’enfant a reçu d’elle la valeur 16. C'est donc la valeur 18 qu'il a héritée de son père. Cela signifie que, grâce à l'ADN de la mère, nous savons que pour la comparaison père-enfant, le résultat correct pour cette région est négatif.

Cela signifie que le résultat du test de paternité peut changer si l’on n’envoie pas l’échantillon de la mère ?

Tout d'abord, il faut garder à l'esprit qu'un test de paternité analyse au moins 18 régions d'ADN. Par conséquent, si nous revenons au dernier exemple ci-dessus, bien que le résultat d'une région puisse varier avec ou sans l'échantillon de la mère, cela ne se produira pas dans toutes les régions étudiées.

Ainsi, en règle générale, l'ADN maternel rendra le résultat du test de paternité plus précis, mais cela ne changera pas le résultat. Par exemple, la probabilité de paternité peut passer de 99,8 % sans la mère à 99,999998 % avec la mère, mais cela ne changera pas le résultat de positif à négatif, ou vice-versa. Mais il y a des exceptions.

S'il existe une relation de consanguinité entre la mère biologique et le père présumé analysé, il est fréquent que la situation de notre exemple se produise. Cela se produit parce que père et mère partagent de l'ADN en étant parents. En conséquence, l'enfant aura également plus d'ADN en commun avec le père présumé analysé, et davantage de régions peuvent apparaître avec des résultats positifs « faux », qu'il soit son vrai père ou non.

L'ADN maternel est également important si les deux pères présumés ont un lien de parenté entre eux. Imaginons que le père analysé n’est pas le père biologique. Cependant, il partagera plus d'ADN avec le vrai père biologique (puisqu'il s'agit de parents) qu'avec tout autre homme. Cela peut provoquer l'apparition de régions positives entre père et enfant qui ne devraient pas l'être. Si nous avons l'échantillon maternel, le nombre de ces « faux positifs » est plus réduit.

Et si la mère analysée n’est pas la mère biologique ?

Lorsque nous ne savons pas si la mère analysée est bien la mère, nous parlons de mère présumée et non de mère biologique.

La maternité peut être vérifiée toute comme la paternité, mais au moment d'effectuer le test dans le laboratoire, il est important de savoir s'il s'agit de l'ADN d'une mère présumée ou de la mère biologique.

Conclusion

Bien que dans la plupart des cas il ne soit pas nécessaire d’envoyer l’échantillon de la mère pour un test de paternité, son inclusion dans l’analyse augmente certainement la précision du résultat.


Visitez notre site web pour commander votre test de paternité :

ALLER MAINTENANT »